Profil de la communauté

MDL dans Pow WowLes Malécites au Québec ne sont pas regroupés en communauté, mais vivent dispersés sur le territoire québécois, canadien et américain. La communauté  Malécite de Viger est la seule Première Nation malécite au Québec. Elle dispose d’un territoire situé dans le canton de Whitworth, près de Rivière-du-Loup, et d’un petit lot à Cacouna, la plus petite réserve autochtone au Canada.  Les Malécites vivants au Québec parlent en majorité le français, mais plusieurs parlent anglais. La langue malécite passamaquoddy est encore parlée par certains locuteurs du Maine et du Nouveau-Brunswick. Les Malécites exploitent une entreprise de pêche commerciale (EPC) et travaillent à diversifier leur économie, notamment en développant des partenariats sur le plan régional.

La pêche à Viger

Logo Pêcheries Malécites

LES PÊCHERIES MALÉCITES
À l’aube du XXIe siècle, les Malécites du Québec prennent place dans la pêche commerciale, suite aux arrêts Sparrow et Marshall. En l’an 2000, ils acquièrent du gouvernement fédéral des permis au crabe des neiges et à la crevette nordique. Puis, un permis exploratoire pour la pêche à l’oursin vert en 2006 et plus récemment, en 2012, deux permis compétitifs pour la pêche au poisson de fond et trois permis de buccin. En 2009, le Comité de gestion de l’entreprise de pêche commerciale (EPC) de la PNMV voit le jour.
Ses objectifs et ses principaux mandats sont :
Coordonner les activités des pêches commerciales et alimentaires, les permis commerciaux et les bateaux. Faire la gestion des ressources humaines et matérielles. Faire le recrutement et gérer la formation du personnel. Instaurer des politiques des pêches. Préparer les budgets et effectuer la gestion financière. Préparer les plans de pêches commerciales. Préparer et assumer le suivi des projets de développements spécifiques aux pêches commerciales.

En plus de fournir un soutien financier et une source d’emploi stable pour la communauté, nous visons à former et retenir notre personnel, exercer un recrutement plus intensif au sein de la collectivité et mettre en place les outils nécessaires afin que les nouvelles recrues reçoivent la formation essentielle pour la pratique de la pêche commerciale. À l’heure actuelle, plus de 50% des membres d’équipages de la flottille de pêche sont des autochtones de la Nation Malécite.

Le développement des « Pêcheries malécites » est un levier économique pour notre Nation et les régions du Bas-Saint-Laurent et de la Gaspésie. Nous sommes fiers de participer au développement de nos collectivités.
Le comité de gestion est toujours à l’affût de nouvelles opportunités pour l’expansion et la diversification des capacités de l’entreprise de la pêche commerciale (EPC).

Suivre

Recevez les nouvelles publications par courriel.